Travailler chez Olymel
  • Partager l'article

02/2019

Travailler chez Olymel

« C'est comme un gros village! »

Pour ceux qui aiment les tâches concrètes, la stabilité d’emploi, la bonne humeur et la fierté de créer un produit consommé par une grande majorité de Québécois, un emploi chez Olymel semble tout désigné.

Le leader québécois de la transformation de la viande accueille des gens de tous les horizons au sein de ses nombreuses équipes, comme l’explique Denis Renaud, directeur corporatif, développement organisationnel et ressources humaines d’Olymel.


Les emplois chez Olymel se divisent en deux grandes catégories, que vous appelez « cols bleus » et « cols blancs »...

Denis Renaud : « En effet, on utilise cette terminologie bien connue pour désigner, d’une part, les métiers manuels et techniques comme les journaliers affectés à l’abattage ou au désossage (ce sont les cols bleus), et d’autre part, les employés administratifs ou les postes spécialisés, par exemple les ingénieurs et les superviseurs des ventes (ce sont les cols blancs). Les besoins de cols bleus sont évidemment plus importants dans une entreprise de production et de transformation telle que la nôtre. Il nous faut des journaliers en transformation alimentaire ou en emballage et tranchage, des préposés aux opérations et à l’hygiène, des préposés au lavage, mais aussi des mécaniciens et des contremaîtres, entre autres. »


Cela suppose des équipes très variées, faites de personnalités diverses et de gens aux profils parfois très différents ? 

D. R. : « On a besoin de toute sorte de monde ! On permet l’accès à l’emploi à de nombreuses personnes qui ont eu un parcours compliqué. Certains de nos employés n’ont pas terminé leur deuxième secondaire et trouvent chez nous un espace stimulant de développement professionnel et personnel. On a aussi de hauts diplômés, par exemple des docteurs en médecine vétérinaire. Chacun s’inscrit à sa façon dans cette entreprise qui est en vérité une microsociété. Ce qui compte pour nous, c’est de réunir des gens travaillants qui ont envie de faire avec nous un vrai parcours de carrière. On valorise beaucoup la progression de carrière de chacun de nos employés, peu importe d’où ils sont partis. »


Comment vous démarquez-vous en matière de conditions de travail et d’avantages sociaux ?

D. R. : « Pour nous, un employé est avant tout un humain qui a une famille, des aspirations et un contexte de vie précis dont nous tenons toujours compte. Grâce à nos directeurs des opérations qui ont un contact privilégié avec les équipes, on croit offrir un environnement dans lequel tout le monde se sent respecté et où l’on tient compte des besoins de chacun. Pour le reste, les salaires sont révisés tous les 2 ans, et on offre des régimes d’assurance très complets. On se démarque particulièrement en matière d’assurance invalidité. »


Avec 13 500 employés partout au Canada, Olymel est comme un gros village. Mais quel genre de village ?

D. R. : « Oui ! Un gros village multiculturel et multigénérationnel, où l’on cultive un esprit de communauté avec une grande ouverture sur le monde, grâce à nos employés de toutes origines, parfois recrutés directement à l’étranger. C’est un gros village dans lequel tout se passe néanmoins en français. On y valorise le vivre ensemble et le dialogue à partir d’une trame de valeurs québécoises. Pour y arriver, on traite tout le monde à l’échelle humaine et on prend très au sérieux notre rôle d’accompagnateur des nouveaux employés, avec l’aide de nos conseillers à l’accueil et à l’intégration. »

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

À table! Emplois utilise les fichiers témoins sur l’ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l’utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.