Salaire : les employeurs s’attendent à voir les candidats négocier
  • Partager l'article

04/2019

Salaire : les employeurs s’attendent à voir les candidats négocier

« Le tiers des travailleurs canadiens ont tenté de négocier un salaire plus élevé. »

De plus en plus d’employeurs canadiens s’attendent à voir un candidat négocier son salaire. Pourtant, bien peu de nouveaux employés le font. En 2019, la négociation devrait être un réflexe. Voici pourquoi.

 

Il y a moins d’une décennie, peu d’employés auraient osé faire comme Léa, jeune économiste qui a obtenu dès son embauche dans une grosse firme montréalaise un salaire 5 % plus élevé que ce que prévoyait l’offre d’emploi. «J’ai mentionné mes attentes salariales dès l’entrevue d’embauche, et mes souhaits ont été exaucés», explique celle qui s’étonne encore de son audace. Tous auraient pourtant intérêt à faire comme elle, dans la conjoncture canadienne où les employés ont le gros bout du bâton.

Les employeurs sont prêts à discuter, et très souvent prêts à délier les cordons de la bourse, selon une nouvelle étude menée par le cabinet de dotation en personnel Robert Half. Le sondage dévoile que 65 % des cadres supérieurs interrogés ont affirmé s’attendre à des discussions au sujet du salaire. Par rapport à l’année dernière, plus de la moitié d’entre eux sont plus enclins à négocier le salaire (53 %) et les avantages sociaux (56 %).


Le tiers des employés osent négocier

À la question «À l’occasion de votre dernière offre d’emploi, avez-vous tenté de négocier un salaire plus élevé?», 33% des travailleurs ont répondu par l’affirmative. Or, si vous êtes bien informé de l’échelle salariale de l’employeur et que vous suggérez une augmentation se situant dans une limite raisonnable par rapport à cette échelle, il y a peu de chances que votre demande soit mal reçue. Il faut donc oser!

Pour arriver à une négociation simple et satisfaisante, assurez-vous aussi de bien connaître les salaires moyens offerts dans votre secteur d’activité, pour proposer un montant réaliste par rapport aux tendances dans votre profession. De nombreuses agences de recrutement publient des guides salariaux pour vous aider à vous y retrouver.

Pensez aussi à négocier les avantages sociaux. Les employeurs seraient particulièrement flexibles à cet égard, selon l’étude de Robert Half. Vous pourriez y gagner bien davantage que vous le croyez. Horaires flexibles, vacances, possibilités de télétravail, bonis annuels, fonds de pension, assurances : ne négligez pas ces petits «plus» qui font parfois toute la différence dans le sentiment de bonheur au travail… ou dans le budget mensuel!


À la recherche d'un bon emploi dans le secteur agroalimentaire?
Créez votre compte candidat sur À table! Emplois dès aujourd'hui!



Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

À table! Emplois utilise les fichiers témoins sur l’ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l’utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.