Recruteurs, faites-vous de l’âgisme?
  • Partager l'article

06/2020

Recruteurs, faites-vous de l’âgisme?

« Voici comment éviter le piège de la discrimination. »

Même si ce n’est pas nécessairement volontaire, de nombreux recruteurs feraient de l’âgisme en rédigeant leurs offres d’emploi, selon une récente étude. Comment éviter le piège de la discrimination ? Voici quelques pistes.

La discrimination peut se glisser dans le processus de recrutement de façon subtile. Dans une recherche publiée fin 2019, quatre professeurs d’économie provenant de Suède et des États-Unis ont conclu que les offres d’emploi étaient souvent bourrées de propos stéréotypés. Mais surtout, l’étude intitulée « Older workers need not apply? Ageist language in job ads and age discrimination in hiring » permet de constater que les employeurs utilisant des termes souvent associés à la jeunesse, comme « la flexibilité » ou le fait d’être « à l’aise avec la technologie » avaient vraiment tendance à favoriser le candidat le plus jeune.

Le Québec n’est pas exempt de ce genre de situations, selon Diane-Gabrielle Tremblay, professeure à l’école des sciences de l’administration de l’Université TÉLUQ et directrice de l’Alliance de recherche universités-communautés (ARUC) sur la gestion des âges et des temps sociaux. « Par exemple, on remarque que lorsque les offres d’emploi présentent surtout les caractéristiques techniques d’un poste, les femmes ont tendance à s’exclure d’emblée. Et je pense que le même phénomène s’applique aussi chez les personnes plus âgées. »

Quelques conseils

Au moment de rédiger une offre d’emploi, la professeure conseille donc aux employeurs de se concentrer sur l’ensemble des tâches, en mettant l’accent à la fois sur les aspects relationnels et techniques. Diane-Gabrielle Tremblay conseille également d’élargir son équipe de recrutement avec des gens de différents âges et profils. « Les gens ont tendance à embaucher des personnes qui leur ressemblent. Il faut donc mettre en place des moyens pour augmenter la diversité dans les entreprises pour contrer ce phénomène. »

D’autant plus que certains secteurs — les technologies de l’information ou la publicité par exemple — ont aussi tendance à faire du « jeunisme ». Pour limiter ce phénomène, il faut d’abord offrir des formations pour sensibiliser les gens à la discrimination et ainsi diminuer les préjugés par rapport aux travailleurs plus âgés. « Plusieurs entreprises ont également adopté des cibles précises en matière de recrutement de candidats issus de la diversité, assortis de bonus pour les gestionnaires qui les atteignent », ajoute-t-elle. Des mesures qui pourraient très bien s’appliquer aussi à l’âge des candidats.

En fin de compte, les employeurs qui sauront cultiver la diversité, incluant en matière d’âge des candidats, auront une longueur d’avance sur les autres, estime la chercheuse. « Les études démontrent que cela augmente la créativité et l’innovation en entreprise. » Sans compter que les travailleurs d’expérience sont en général plus loyaux.

Autant d’atouts pour s’adapter aux aléas de l’économie !



Vous offrez un environnement de travail diversifié et avez quelques postes à pourvoir? Devenez annonceur sur À Table ! Emplois. 


Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

À table! Emplois utilise les fichiers témoins sur l’ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l’utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.