Avez-vous un mauvais patron?
  • Partager l'article

09/2019

Avez-vous un mauvais patron?

« Votre boss est-il l’un de ces cancres de la gestion de personnel? »

Près de 40% des Québécois admettent avoir déjà quitté leur emploi à cause d’un mauvais patron. Votre boss est-il l’un de ces cancres de la gestion de personnel?


Voici trois situations à fuir absolument!


L’argent, l’argent, toujours l’argent

Yann*, un instructeur de plongée sous-marine d’expérience, a quitté son emploi en Espagne, car son patron n’en avait que pour l’argent. «Au bout de deux jours, quand j’ai vu les conditions de travail qu’il nous imposait et son attitude méprisante à notre égard, je savais que je ne resterais pas longtemps.»


« Il nous faisait travailler de 8 h 30 à 20 h avec 40 minutes de pause par jour pour les repas. Et comme il y avait trop d’élèves par instructeur, il embauchait un élève qui n’était pas certifié pour plonger avec nous, ce qui n’est évidemment pas réglementaire. Tout ce qui comptait pour lui, c’était de faire le plus d’argent possible sans se soucier de la sécurité ou du bien-être de ses clients et de ses employés. » Après seulement un mois, Yann a claqué la porte.

 

Un peu de clarté!

De son côté, Martin travaille comme directeur du risque technologique pour une compagnie informatique. Depuis l’arrivée d’un nouveau gestionnaire, il réfléchit à la possibilité de quitter son emploi. «Mon patron est très intelligent, mais il est toujours perdu dans ses idées. C’est difficile de savoir ce qu’il attend de nous. Quand nous sortons des réunions, nous sommes tous très perplexes.»


«Il nous donne des directives qui ne sont jamais claires. Il nous demande de faire 50 000 choses en même temps, mais ne fait jamais de retour sur rien. Cela génère du stress et de l’incertitude pour tout le monde. Au fond, il est compétent dans son champ d’expertise, mais il est visiblement incapable de gérer une équipe.»

 

Tentative d’intimidation

Lorsque Alexandra a obtenu un emploi dans un théâtre, elle s’est vite rendu compte que quelque chose clochait avec son patron. «Au début, quand j’intervenais lors des réunions, il ajoutait toujours un commentaire pour discréditer ce que je venais de souligner. Plus le temps passait, plus ses commentaires étaient acerbes. Il essayait de m’humilier devant les autres. Cela rendait tout le monde mal à l’aise, mais personne ne disait un mot, car tout le monde avait peur de lui.»


«Après quelques mois, je me suis retrouvée au bord de la dépression. J’ai donc quitté mon emploi. Je suis convaincue que c’est la meilleure décision professionnelle que j’aie jamais prise!»

 

L’importance d’une bonne gestion

Bref, il y a différents types de mauvais patrons : il y a ceux qui manquent de qualités humaines, ceux qui ne sont jamais satisfaits ou encore ceux qui méprisent leurs employés. Ces comportements négatifs affectent grandement le rendement des travailleurs.


Si plusieurs patrons justifient leur attitude intransigeante par leur souci de productivité, ils devraient plutôt adopter une approche plus humaine, car les études montrent que des employés heureux sont plus efficaces et plus épanouis.


Tout le monde en sortirait gagnant.

 

* Ces trois témoignages ont été recueillis sous le couvert de l’anonymat.


À la recherche d'un nouveau patron compréhensif? Postulez dès maintenant en créant votre compte sur À Table! Emplois

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

À table! Emplois utilise les fichiers témoins sur l’ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l’utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.