Agroalimentaire: 3 secteurs qui ont le vent dans les voiles
  • Partager l'article

11/2019

Agroalimentaire: 3 secteurs qui ont le vent dans les voiles

« Certains secteurs tirent profit des tendances du marché. »

Même si la pénurie de personnel se fait sentir dans de nombreuses entreprises de l’industrie agroalimentaire québécoise, certains secteurs tirent profit des tendances du marché. Zoom sur trois d’entre eux : le bio, la boulangerie et les spiritueux.

 

Le Québécois, c’est connu, est un bon vivant. Il aime bien manger, bien boire et, de plus en plus, il garnit son assiette de produits bios. Ça tombe bien, le terroir d’ici foisonne d’excellents produits, et de plus en plus abordables.


Le bio connait une croissance fulgurante depuis quelques années. De 2010 à 2019, le nombre de produits offerts sur le marché a explosé, passant de 4000 à 12 400, ce qui représente une hausse d’environ 20% par année. De plus en plus de foyers consomment bio. Dans un sondage récent, 60% des répondants disaient en manger chaque semaine! Le chemin parcouru entre le Paris Pâté d’antan et le panier bio d’aujourd’hui est ahurissant.


La boulangerie connait aussi un essor intéressant. Qui n’a pas vu pousser dans son quartier, dans sa ville, dans son village une boulangerie artisanale au cours des dernières années?


La boulangerie de grande taille demeure le choix préféré des Québécois. Avec ses 700 000 pains produits chaque semaine (!), la boulangerie St-Méthode, installée au Québec depuis 70 ans, occupe près de la moitié du marché du pain santé. Et sa croissance est impressionnante : 10% par année! Comme quoi l’histoire d’amour des Québécois avec le pain tranché est loin d’être terminée!


Les Québécois ont soif de bons produits

Il y a dix ans, Pur Vodka était seule sur le marché des spiritueux made in Québec. Aujourd’hui, les consommateurs peuvent choisir parmi une cinquantaine de produits alcoolisés fabriqués ici. Romeo’s, Cirka, Distillerie Fils du Roy et autres BleuRoyal sont devenus des noms familiers pour les amateurs d’alcools forts.


Nicolas Duvernois est propriétaire et fondateur de Pur Vodka. En dix ans, son entreprise a crû de manière exponentielle. «En 2009, sur les 50 marques de vodkas vendues à la SAQ, nous étions les derniers. Aujourd’hui? Nous sommes le plus important producteur de spiritueux indépendants au Canada!» s’exclame-t-il.


Pur Vodka est désormais distribuée dans 11 pays. Ses cannettes se vendent par millions. Mais qui dit croissance, dit aussi nouveaux défis. «Nous devons composer avec la pénurie d’aluminium dans le monde. Résultat? Nous devons attendre quatre mois avant de recevoir nos cannettes. Dans notre industrie, c’est une éternité», se désole-t-il.


Aujourd’hui, le gin a la cote. On en trouve des dizaines sur les tablettes de la SAQ. Loin de s’en plaindre, Nicolas Duvernois sait que la roue tourne. «Dans cinq ans, ce sera autre chose. Ainsi soit-il!»


Vous aimez suivre les tendances du secteur agroalimentaire et travailler dans un domaine en effervescence? Inscrivez-vous sur À Table! Emplois.

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

À table! Emplois utilise les fichiers témoins sur l’ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l’utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.