Voici ce qui bouge dans l'industrie agroalimentaire | Janvier 2019
  • Partager l'article

01/2019

Voici ce qui bouge dans l'industrie agroalimentaire | Janvier 2019

« Le nouveau Guide alimentaire débarque, le Whippet s'en va... »

ON EN PARLE !

La publication du nouveau Guide alimentaire canadien a résolument fait jaser en ce début d’année... Et pour cause : le choix de Santé Canada d’abandonner la recommandation de boire du lait tous les jours a déçu les producteurs laitiers, déjà affectés par l’adoption d’accords commerciaux qui facilitent l’importation de produits laitiers de l’Union européenne, des États-Unis et du Mexique. En revanche, comme quoi le malheur des uns fait le bonheur des autres, le tofu se vend comme des petits pains chauds ! Plusieurs supermarchés sont en rupture de stock, et les deux fabricants de tofu du Québec (Unisoya et Soyarie) ont annoncé leur intention de doubler leur capacité de production pour répondre à la demande !


EN CHIFFRES

Forte hausse de l’emploi dans le secteur bioalimentaire

Selon les plus récents chiffres compilés par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), l’année 2017 a fracassé des records en ce qui concerne l’emploi dans le secteur bioalimentaire.

Pas moins de 11 477 nouveaux emplois dans le secteur ont été créés au Québec, portant le total des emplois dans l’industrie à 509 344 en 2017. C’est simple : plus d’un travailleur sur dix dans la province travaille dans l’industrie bioalimentaire.

Plus de la moitié (6 342) de ces nouveaux emplois ont été créés dans les établissements de restauration et les débits de boisson. Cela dit, le secteur de la transformation alimentaire n’est pas en reste : nos entreprises ont créé en 2017 un peu plus de 4 000 emplois.

Depuis 2014, le secteur de la transformation alimentaire maintient un rythme de croissance « dans les deux chiffres » : 11 % en moyenne chaque année. La demande mondiale pour les produits alimentaires québécois et la santé de notre économie compte parmi les facteurs expliquant cette croissance, selon le MAPAQ.

Qui plus est, les chiffres pour 2018 semblent indiquer un maintien de cette tendance. Voilà donc d’excellentes nouvelles pour les chercheurs d’emploi !


DES ENTREPRISES QUI BOUGENT

 

  • Marché Goodfood en expansion - Chef de file canadien dans le marché de la livraison de repas prêts à cuisiner, Marché GoodFood a le vent dans les voiles. Depuis 2 ans, la société basée à Montréal a su faire croître le nombre de ses abonnés de 47 % chaque trimestre, passant de 8 000 abonnés à la fin du 1er trimestre de 2017 à 126 000 à la fin du 1er trimestre 2019. Au cours de la même période, ses revenus trimestriels sont passés de 2 millions à 30 millions de dollars ! Pour soutenir cette croissance, la société a annoncé l’automne dernier qu’elle doublerait la superficie de ses installations à Montréal, et que les nouvelles installations seraient fonctionnelles au cours de l’année 2019. Cet investissement permettra au Marché Goodfood de doubler ses capacités de vente dans l’est du Canada.


  • Jefo : deux nouvelles lignes de production - Entreprise spécialisée en alimentation animale, Jefo Nutrition a annoncé en janvier 2019 qu’elle entreprendra la construction d’un nouveau bâtiment de 200 000 pieds carrés à Saint-Hyacinthe. Ce bâtiment, situé à proximité des autres installations du groupe, permettra d’ajouter deux lignes de production et créera 20 nouveaux emplois à court terme et 60 à long terme. C’est le temps de postuler !


  • Burnbrae se modernise - À Upton, l’usine de production et de transformation d’œufs Les fermes Burnbrae modernise ses installations afin de répondre à l’augmentation de la demande d’œufs liquides. Ce projet de 14,2 millions de dollars permettra de créer dix nouveaux emplois et d’en maintenir 110 autres.


  • Le Whippet quitte le Québec - C’est la fin d’une époque : en 2020, le fameux biscuit Whippet ne sera plus produit au Québec. Dare a en effet annoncé à ses 275 travailleurs son intention de fermer l’usine de Saint-Lambert, établie depuis plus de 50 ans. La production des biscuits sera transférée à d’autres usines ailleurs au Canada. Dare justifie sa décision en invoquant des raisons d’efficacité et de rendement. Comme il l’avait fait avec la peinture Sico, le premier ministre François Legault incitera-t-il la population québécoise à boycotter le Whippet ?

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

À table! Emplois utilise les fichiers témoins sur l’ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l’utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.