Qui veut un burger aux plantes?
  • Partager l'article

03/2019

Qui veut un burger aux plantes?

« Les protéines végétales: un boom sans précédent »

De plus en plus de Canadiens tournent le dos à la viande ; un phénomène qui pourrait même changer le visage de notre industrie agroalimentaire.

 

L’automne dernier, le directeur scientifique de l’Institut de recherche en analyse agroalimentaire, Sylvain Charlebois, déclarait sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada que plus de 3 millions de Canadiens « rejetaient la viande carrément ». « C’est un mouvement, ce n’est pas juste une mode, déclarait-il. Ça va rester. »


Qui plus est, la moitié des végétariens canadiens ont moins de 35 ans, ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir des producteurs de viande.


Quelques signes des temps :

  • Quelques semaines après son lancement, le burger Beyond Meat d’A & W, avec sa boulette faite de protéines végétales, a été en rupture de stock, victime de sa trop grande popularité. Depuis, A & W vient de lancer un sandwich-déjeuner préparé avec une saucisse « végétale ».


  • Dans les jours qui ont suivi la publication du nouveau Guide alimentaire canadien, qui suggère d’augmenter sa consommation de protéines végétales, le tofu s’est envolé… comme des petits pains chauds !


  • Pour 2019, la chaîne de supermarchés Whole Foods prévoit que « l’ingrédient clé sera les champignons (en particulier ceux comme la trompette royale) qui peuvent remplacer la viande dans des aliments tels que la charqui ou le bacon. »



Il est encore trop tôt pour savoir comment ces tendances transformeront notre industrie agroalimentaire, mais parions qu’on n’a pas fini d’en entendre parler…


DES ENTREPRISES QUI BOUGENT


  • PRANA, une entreprise montréalaise spécialisée dans l’importation et la transformation de produits alimentaires biologiques végétaliens, a reçu un investissement de Fondaction et de Renewal Funds pour l’aider à poursuivre sa croissance, notamment aux États-Unis.


  • À Sherbrooke, un Centre de valorisation de l’aliment ouvrira ses portes l’été prochain. L’édifice de 24 400 pieds carrés deviendra un « incubateur » pour différentes entreprises agroalimentaires de l’Estrie. Ce centre se penchera notamment sur la réduction du gaspillage alimentaire.


Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

À table! Emplois utilise les fichiers témoins sur l’ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l’utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.